Stress post-traumatique

Mise en place de cellules d’écoute psychologiques en fonction du traumatisme.

Une intervention rapide après les faits peut enrayer le processus de stress avant qu’il ne s’installe :

Pratique de l’EMDR pour les faits récents (approche collective ou individuelle)

————

Aujourd’hui il n’est plus possible de nier la violence au sein des entreprises

  • Violences externes (usagers, bénéficiaires, clients, etc.)
  • Violences internes (collègues, responsables, …)

à  distinguer du conflit qui peut aussi entraîner parfois de la violence.

Il s’agit d’une agression physique, psychologique ou sexuelle

  • Dans tous les cas il y a une atteinte de la santé physique mais aussi et plus particulièrement psychique.

La personne agressée s’est trouvée confrontée « au réel de la mort ».

Toute agression peut être vécue comme un traumatisme et entraîne des états émotionnels successifs  (le choc – la stupeur – le temps de la solitude puis de la vigilance) et la vie reprend son cours mais il reste un avant et un après.

Le stress est inévitable mais si le choc psychologique est important, l’état de stress peut persister : il s’agit d’un stress post-traumatique qui donne les manifestations suivantes :

  • Reviviscence du traumatisme
  • Anxiété, dépression
  • Troubles du sommeil, digestifs, neurologiques
  • Troubles du comportement, de concentration, irritabilité
  • Troubles thymiques ( humeur, pleurs …)

Ces conséquences dépendent de l’histoire du salarié et de la gestion faite de l’événement par l’entreprise.

 

Publicités